Accueil  -  Contact
Livre d'Or Envoyer à un Ami 


 Késako Quimya ?

 Les Lois du Quimya
        Commencer une Partie
        L'Hôte
        Les Explorateurs
        Règles d'Interaction

 Conseils
        Conseils aux Créateurs
        Conseils aux Voyageurs

 En Bref

 FAQ Simulée
Conseils aux Voyageurs
'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''

Quand vous êtes Explorateur, vous pouvez visiter des mondes plus riches et plus étranges les uns que les autres, à condition toutefois d'utiliser votre cerveau comme un simulateur : par votre mémoire et votre imagination, vous êtes capable de visualiser quelque chose, vous êtes capable d'entendre volontairement un son imaginaire, et de même pour tous les autres canaux sensoriels : en utilisant la matière même de vos souvenirs, vous êtes capable d'imaginer que vous êtes en train de sentir quelque chose, et donc vous êtes capable de sentir quelque chose volontairement - façon de parler. Alors faites ça pour tous vos sens en même temps et vous pourrez visiter presque physiquement le monde de l'Hôte, en oubliant pas de lui demander régulièrement les informations qui vous manquent pour vous projeter dans ce monde. Voilà l'idée.

Nos sens imaginaires ne sont pas comme nos sens réels, qui nous imposent des informations indiscutables et aussi stables que la réalité. Les sens imaginaires sont plus ou moins au service de la volonté, et les choses senties par ces sens n'existent que dans l'attention qu'on leur porte. Avec vos yeux réels, quand vous croyez voir au loin un lapin, eh bien vous vous trompez peut-être, ou peut-être pas, et c'est tout. Mais avec vos yeux imaginaires, quand vous croyez voir un lapin, vous créez la vision d'un lapin et par la même occasion, dans le cadre du jeu, vous créez un authentique lapin imaginaire, sous vos yeux! Le plus souvent, aux yeux imaginaires tout semble flotter dans le vide, des choses apparaissent pour disparaitre aussi vite, d'autres se transforment sous le regard, tout est flou car tout fuit l'immobilité et la permanence, et le déroulement du temps est tout étrange, ...etc. C'est un peu de ce que rencontre le dormeur qui veut se promener consciemment dans un de ses rêves. Mais tout ça se travaille! Et l'affaire est plus simple pour les quimyistes puisqu'ils ne dorment pas.

Le but est ici d'essayer d'atteindre l'illusion parfaite d'être ailleurs, dans un monde imaginaire, un vrai, avec le paysage et tout. Quand on a les yeux ouverts et qu'on visualise un lapin, ce lapin n'apparait pas réellement devant nous en cachant ce qu'il y a derrière lui; on a plutôt envie de dire que son image semble flotter, sans qu'on la voit, à travers les images du monde réel que nous envoient nos yeux. Par contre, si on le désire, on peut porter toute notre attention sur ce lapin, au point d'oublier un instant ce que nos yeux voient en fait, et c'est dans cette direction qu'on veut aller le plus loin possible, avec tous nos sens en même temps et sur de longues périodes. Cela dit, les mondes imaginaires sont différents du monde réel, et on doit accepter cette différence et admettre leurs lois si étranges, si on veut les visiter. On les connait, ces lois : par exemple, il est normal que les choses puissent apparaitre, disparaitre ou se transformer, il est normal que chacun puisse se téléporter à tout bout de champs et faire bien d'autres choses, il est normal que tout souhaite être éphémère, ...etc.

De l'optimisme! Les informations qui nous viennent de nos sens imaginaires viennent de notre volonté, donc on a le choix de vivre une expérience sensoriellement pauvre ou riche. Il ne s'agit pas de demander avec force mais de bien choisir ce que l'on demande à notre cerveau : il faut viser au plus haut, et ne pas se gêner pour lui demander carrément une illusion parfaite, dans la plus grande confiance. Dès la première fois, il faut lui demander des résultats plus que satisfaisants, et s'attendre à les obtenir, tout comme le ferait quelqu'un d'expérimenté. La plupart du temps, finalement, le cerveau fait ce qu'on croit intimement qu'il va faire, ne faisant ce qu'on lui demande qu'accidentellement, lorsqu'on croit qu'il va faire ce qu'on lui demande. Vous obtiendrez à peu près ce à quoi vous vous attendrez. La question est : Quelle peur ressentiriez-vous si cela marchait, si soudain vous vous retrouviez vraiment dans un autre monde ?

Améliorez : les images sont trop sombres ou trop floues, trop lointaines? Eh bien choisissez de les imaginer plus lumineuses, parfaitement nettes, et plus proches! Les images doivent vous englober complètement. Les sons sont trop ténus? Choisissez de les imaginer plus forts, bien audibles et bien nets! Essayez sans cesse de vous rapprocher de l'illusion parfaite, sans jamais vous laisser décourager par son apparente inaccessibilité. Ne négligez aucun de vos sens, ils doivent tous participer. Noubliez pas le vent sur votre peau, la température la texture et l'odeur de l'air, la sensation de vos vêtements et du sol sous vos pieds, le bruit de vos pas et la rumeur du monde : trouvez toujours de nouveaux détails à rajouter à vos scènes, de nouveaux outils pour votre simulateur. Inventez! Petit à petit, en faisant vos choix, vous construirez vous-même la qualité de vos expériences, et chaque voyage semblera plus réel que le précédent.

Enfin, il faut imaginer réaliste. C'est valable pour tous les sens, mais pour parler de la vue par exemple, vous pourriez visualiser des dessins et des peintures, et des images de n'importe quel style visuel connu de vous, mais ce qui nous intéresse pour le Quimya, c'est de visualiser des images semblables à celles qu'obtient l'oeil d'un humain qui regarde autour de lui. Il faut regarder les vrais images et écouter les vrais sons du vrai monde réel imaginaire, et de même pour tous les autres sens, faire l'action de sentir la réalité du monde imaginaire, monde qui ne doit pas être en vous mais autour de vous. Quand vous tournez la tête, votre tête ne bouge pas : c'est le monde qui pivote autour. Chacun trouvera sur cette voie ses propres problèmes et ses propres solutions, mais avec le temps et l'expérience, la sensation de réalisme, l'impression d'y être vraiment, peut devenir d'une étonnante intensité. En effet, Le cerveau prend vite l'habitude de ce nouveau type de travail qu'on lui demande, pour peu qu'on l'y entraine : pendant le jeu, Explorateurs, ne passez pas votre temps à visualiser votre corps imaginaire depuis l'extérieur, revenez plutôt à l'intérieur de ce corps imaginaire qui est le votre, et voyez enfin par vos propres yeux, entendez, sentez par tous vos sens en même temps, soyez là-bas, vous-même, attentif à tout, et faites cela de manière continue sur des périodes d'au moins plusieurs minutes - pour commencer. Et surtout soyez prêt à prouver votre santé mentale quand vous en parlerez à un proche !

Conseils aux Créateurs

Quimya est un jeu de Julien Laguerre - Interface conçue par Joe Wampach